L’HISTOIRE DE L’ÉVOLUTION DU MAQUILLAGE

Le maquillage a toujours été attaqué par les penseurs, de Platon à Ovide, en passant par Socrate qui le comparait à une misérable tromperie, jusqu’à Baudrillard. De manière expresse ou tacite, il y a toujours eu, et il y a encore, cette idée construite sur la peur : le maquillage n’est qu’un artifice pour duper les hommes. Mais, et c’est un paradoxe qui ne manque pas de piquant, les hommes qui méprisent les artifices aiment aussi se laisser piéger par ces armes de séduction. Tout simplement parce que les efforts des femmes pour se rendre désirables sont, pensent-ils, la preuve de leur importance : ils sont au cœur de leurs préoccupations et, bien sûr, cela est très valorisant. En effet, le maquillage dépasse l’acte de déposer des produits cosmétiques sur son visage, le maquillage est un art à part entière qui demande beaucoup d’inspiration et une certaine finesse.

D’autres par, depuis l’apparition du maquillage chez les anciens égyptiens, il n’a pas cessé d’évoluer dans l’espace et dans le temps. J’essayerai à travers cet article de vous montrer les grandes étapes de l’évolution du maquillage.

    – L’Égypte ancienne :

 

L’Egypte des pharaons est une des premières sociétés à avoir utilisé du maquillage La pratique était très répandue dans la population, pour les hommes et pour les femmes.

 

    – Grèce antique  :

Grèce antique 2Grèce antique 1

 

Les femmes grecques utilisaient beaucoup de cosmétiques, malgré leur rôle mineur dans la vie publique (les femmes avaient plutôt vocation à être de bonnes maîtresses de maison).
Pour les maquiller

  • une fine couche de poudre blanche sur la peau
  • un soupçon de couleur sur les lèvres et les joues avec des ingrédients comme des plantes ou des fruits – ou des substances plus nocives comme des colorants à base de mercure
  • « pour les sourcils, elles pouvaient utiliser du liège brulé et de la suie, en marquant un trait pour les rejoindre au milieu de front

 

    – Le look médiéval :

 

Le look médiéval 1.jpg

Au Moyen-âge, pas de maquillage trop clinquant, beaucoup de produits fait-maison pour atteindre une peau sans tâche et impeccable, lumineuse et scintillante.

 

   – La renaissance à Venise

La renaissance à Venise.png

 

Les bals, les fêtes, la richesse, la mode…Venise au XVIème siècle est un tourbillon et le maquillage de ses habitants l’accompagne. Un fard à joues rouge flamboyant (composé de minéraux toxiques comme le vermillon, dérivé du sulfure de mercure) peignait les pommettes des vénitiens.

 

    – La France avant la révolution

La France avant la révolution.png

 

La France est le repère esthétique de l’Europe aux XVIIème et XVIIIème siècles. « Le maquillage de votre visage faisait partie de la vie quotidienne de la cour. Le blush flamboyant distinguait l’aristocratie de la classe moyenne. Le rose foncé faisait référence au maquillage de Madame de Pompadour, la maitresse de Louis XV (Rose Pompadour).

 

    – Le style Victoria

 

victoria style.png

 

Selon la Reine Victoria, le maquillage était vulgaire et indigne d’une dame. Pour se rosir les joues, les femmes utilisaient des baumes à lèvres ou se pinçaient les joues. Il est même arrivé qu’elles utilisent un papier d’emballage coloré et humidifié pour créer une lueur.

     – Les années 1910 :

Screenshot_20170818-203136.png

 

Pour mettre l’histoire du maquillage pendant les années 1910 dans un contexte réel, Max Factor a ouvert son premier studio de Los Angeles en 1909 et a immédiatement commencé à créer un impact en créant une sirène d’écran précoce pour les actrices de Hollywood. L’impact de cette situation sur les femmes dans le monde était aussi immense que l’impact du cinéma lui-même. C’était la décennie qui a vu le premier mascara introduit par un certain TL Williams qui l’a nommé après sa sœur Mabel. La marque Maybelline tire son nom d’elle. Apparemment, elle avait l’habitude de formuler son propre mascara à l’aide de perles chaudes de cire colorée qui impressionnait tellement son frère qu’il avait créé la première version disponible sur le marché dans le monde.

De même, les années 1910 nous ont apporté les premiers comprimés en poudre et blush ainsi que le nouveau LIPSTICK inventé par Maurice Levy , Qui a incorporé un bâton enroulable de cire à lèvres encastré dans un tube métallique. Le maquillage des femmes était bien sur son chemin. Toutes ces innovations de maquillage restent cependant le domaine de la music hall et des stars de l’écran, et ce n’est que dans les années 1920 qu’ils sont devenus monnaie courante dans les sacs à main féminins.

 

     – Les années 1920 :

Screenshot_20170818-203140.png

Ces innovations cosmétiques des années 1910 du rouge à lèvres, des ombres à l’oeil, du mascara et des pan-bâtons, etc. de marques comme Maybelline et Max Factor étaient maintenant visibles sur des pansements et des sacs à main en Amérique et en Europe. Au Japon, toujours sous le charme du fascisme, Shiseido produisait ses propres produits de beauté pour la «femme japonaise moderne». Les années 1920 étaient l’époque de Flapper, une époque où de belles filles pouvaient être mauvaises – du moins le soir!

Le maquillage a joué un rôle important pour aider les femmes à se remettre des horreurs de la guerre et affirmer leur nouveau sens du pouvoir féminin.

La femme des années 1920 a été la première à créer un visage artificiel. Des yeux étonnants, des lèvres écarlates et une peau pâle, en utilisant des seaux de poudre, ressemblant à celui d’un cadavre. Le boom du consommateur dans le maquillage – les exigences féminines simplifiées et un sac à main portaient tous les flaques audacieuses nécessaires. Mascara de gâteau – appliquée avec une brosse et le rouge à lèvres toujours présent.

Mae-Murray-1920s-makeup-look-bee-stung-lips2-277x300

  • Yeux : ombre à paupières kohled pour les filles les plus audacieuses
  • Les sourcils : Décapé pour la première fois et tiré vers le bas vers le temple.
  • Les lèvres : les lèvres étaient plus petites que les contours naturels et se formaient dans la forme de l’arc de cupidon.
  • Lashes : le mascara était la nouvelle rage et aucune femme ne pouvait résister à l’amélioration de ses cils.

 

 

     – Les années 1930 :

Screenshot_20170818-203145.png

Au début de la décennie, le look de maquillage féminin des années 1930 devenait beaucoup plus raffiné. Dans une certaine mesure, beaucoup plus de Hollywood a influencé.

Les sourcils minces de crayon font LA caractéristique exceptionnelle du visage des années 1930. Dans certains cas, les femmes avaient les sourcils effacés entièrement par des salons de beauté très zélés et devaient «peindre» leurs sourcils tous les matins. Néanmoins – c’était et reste encore une manière très intelligente de féminiser un visage et si vous avez un penchant pour cette époque, puis faites-vous plumer!

marlene-dietrich-1930s-makeup-look.jpg

  • Yeux – bleus, verts, roses, mauves appliqués légèrement et en forme de poire au-delà de l’œil naturel.
  • Les sourcils – éliminés de l’existence et redessiné au crayon des lignes minces – arqués plus attrayant vers le haut.
  • Lèvres – l’arête des cupides a été remplacée par des lignes horizontales plus minces, les lèvres supérieures étant agrandies et plus complètes. Les couleurs populaires sont les rouges et le marron aux framboises.
  • Lashes – le mascara s’est déplacé vers les cils inférieurs seulement qui a levé les yeux dehors.

 

     – Les années folle(s)…llement maquillées :

Screenshot_20170818-203151Screenshot_20170818-203158

 

Lisa Eldridge explore tous les types d’ingrédients utilisés pour le maquillage à travers les siècles ainsi que les différentes attentes des hommes envers les femmes qui en portent.

 

   – L’eyeliner des Sixties :

 

 

Screenshot_20170818-203204

Pour se maquiller à la mode des années 60, on pense à l’ effet faux-cils, eye-liner lourd, lèvres rouges et peau vampirisée pour les années 60.

Le teint : plutôt pâle et interdit aux rougeurs, on poudre donc pour effacer toutes traces de brillances et on adopte le look poupée (Le contouring, on oublie !).
Les yeux : rien ne brille non plus. La paupière se pare d’un fard neutre, qui va permettre au noir de ressortir. Pour des yeux de biches à la BB, il suffit d’appliquer un fard gris/noir mate tout le long de la paupière, qu’un trait d’eye liner viendra allonger. Mascara et faux cils sont évidemment de mise, sans oublier les cils du bas, accentués avec un trait de khol noir.

La bouche restera légèrement rosée ou nude (Les yeux ou la bouche, il faut choisir !

     – Les années 1970 :

Screenshot_20170818-203213.png

Le maquillage 70’s est glamour avec une peau dorée par le soleil, du mascara épais pour un volume généreux, le sourcil naturellement dessiné mais très fin, quasi inexistant. Les couleurs flashys et pétantes s’invitent sur les paupières. Bleues, vertes, mauve, voire pailletées, vous voilà prêtes !

  • Le teint bonne mine

Légèrement halé, le teint donne l’impression d’une mine radieuse. Le blush se fait discret, et donc pas du tout en phase avec la tendance draping des années 90, remise à l’ordre du jour cet été 2016.

 

  • Explosion de couleurs et de paillettes sur les yeux

On oublie le noir charbonneux des années 60. Ambiance Saturday Night Fever avec des fards à paupières pétants comme le bleu vert ou violet. Le mascara s’applique en couches abondantes. Les sourcils sont naturellement fins, contrairement aux sourcils de notre époque, épais, naturels et maquillés.

 

    – Les années 1980 :

Screenshot_20170818-203233.png

Le naturel ? Oubliez ! Dans les années 80, il fallait être ma-qui-llée ! Si, aujourd’hui, on vous conseille de choisir entre le maquillage des yeux ou celui de la bouche, sachez que les deux cohabitaient fort bien à l’époque ! Extravagance et originalité ont marqué durablement cette décennie.
Pour être tendance, il fallait miser sur des couleurs tape-à-l’œil : roses et bleus nacrés, et pourquoi pas une combinaison des deux mais aussi du jaune, du vert… Les fards à paupières de couleur différentes se superposaient sans complexe jusqu’aux sourcils, sans oublier plusieurs couches de « Rimmel« , (eh oui, c’est ainsi qu’on appelait le mascara !).
Quant aux joues, elles se paraient d’un blush rose vif et la bouche d’un rouge pêtant ou d’un rose brillant. Les années 80 ont également popularisé le rouge à lèvres noir, très en vogue dans les tribus gothiques, également adopté par des people comme Boy Georges, Madonna ou encore Vivienne Westwood.

 

     – Les années 1990 :

Screenshot_20170818-203237

 

Un fond de teint nude, une poudre matifiante lissante non bronzante, u

Teint frais de poupon pour un rendu naturel, sourcils très épilés et rouge à lèvres mat : les années 90 furent un hymne à la jeunesse ; le look « ado » avait le vent en poupe. Les yeux étaient légèrement mis en valeur. Un rouge à lèvres dans les tons bois de rose ou marron était appliqué pour rehausser le teint. Les fards à paupières « effet nude » sont apparus dans les 90’s pour obtenir des yeux de biche.

Pour les maquillages de soirée, seuls les yeux étaient intensifiés, et là, tout était permis au niveau des tons.

Le mascara et le fard à paupières bleu roi : la couleur qu’il fallait pour intensifier son regard était le bleu roi. Tendance et accrocheur, le mascara et le fard à paupières bleus en ont séduit plus d’une

Le crayon contour des lèvres : Une seule obsession pour la bouche, le crayon contour des lèvres. Il se choisissait souvent plus foncé que la couleur du rouge à lèvres. Et vous l’aurez compris, le rouge à lèvres marron était incontournable dans les années 90.

 

      – Les années 2000

Screenshot_20170818-203243.png

L’autobronzant et la poudre soleil (Terracota) ont fait fureur dans les années 2000. Qu’on revienne de vacances ou non, il fallait avoir un teint hâlé. Les stars s’y sont essayées pour être belles, jeunes et branchées. Résultat : un teint orangé qu’elles doivent certainement regretter aujourd’hui .

Dans la continuité des années 90, les sourcils sont d’abord fins et arqués. Ils subriront ensuite toutes les fantaisies : décoloration, trait rasé façon Pascal Obispo, totalement épilés puis redessinés en accent circonflexe… Il faudra attendre la fin de la décennie pour voir réapparaître un sourcil assumé tel quel, plus naturel et moins épilé.

Si les années 1980 et 1990 ont permis une expérimentation un peu flashy, c’est au début des années 2000 que les yeux charbonneux se sont démocratisés après avoir été réintroduit sur les podiums par Yves Saint-Laurent ou Marc Jacobs. Le smoky-eye est devenu depuis la tendance beauté incontournable que l’on connait ! Parmis les produits cultes utilisés pour rendre l’oeil charbonneux, quelle adolescente des années 2000, fan d’Avril Lavigne ou d’Evanescence, n’a pas eu recours au crayon khôl, qui finissait toujours par baver dans les plis des paupières ?

 

       – La tendance du  » CONTOURING « 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le contouring a creusé son trou dans le milieu de la beauté, connaissant un engouement exponentiel depuis 2012. C’est en effet à cette date que le terme surgit et que le commun des mortels découvre une technique de maquillage étrange, qui consiste à accentuer les lignes du visage, suite à un fameux selfie de Kim Kardashian. Son diptyque avant/après posté sur Instagram cette même année met le feu aux poudres, et les beauty addictsréagissent avec engouement à cette peinture du visage. La méthode ne laisse en effet personne indifférent, et bénéficie d’un incroyable boost de popularité, que ce soit de la part des adeptes ou des détracteurs. Mais bien avant que le contouring ne devienne le kontouring – autrement dit que Kim Kardashian ne s’approprie cette technique de maquillage – et qu’il se hisse au même niveau que le mythique trait d’eye-liner, la méthode était employée à bien d’autres fins que d’apparaître sous son meilleur jour sur un selfie

 

    – Aujourd’hui :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Nous sommes chanceux de vivre dans une époque où nous pouvons plus ou moins porter le maquillage que nous voulons. Vu qu’il existe une offre gigantesque de produits de toute sorte et pour tous les goûts beauté. Le maquillage a dépassé le stade de mise en valeur de la beauté pour accéder au statut d’art à part entière. La cosmétique accompagne la mode, et une majorité de personnes ne quittent son domicile sans être passée par la case cosmétique, qu’il s’agisse de savon, déodorant ou de maquillage.

Nous savons dorénavant que c’est dans la nature même de l’homme de vouloir se mettre en valeur et d’améliorer son apparence. A ceux qui pensent que nous vivons une époque superficielle devront considérer qu’il n’en était pas autrement aux temps de la Rome ou Égypte Antique.

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :